LE POTENTIEL DU CANNABIS MÉDICAL

Il est établi que 40 à 60% des médicaments sur le marché mondial proviennent d’extraits de plantes, dont certains agents de chimiothérapie très efficaces récents tels que les taxanes.  Comme toute médication, l’usage des cannabinoïdes doit être effectué dans des domaines étudiés et reconnus. Leur potentiel indéniable de remplacer d’autres médicaments comportant des effets secondaires importants devrait favoriser l’introduction des dérivés médicaux du cannabis dans l’arsenal thérapeutique des cliniciens, et ce pour le plus grand bien des patients. Malgré la littérature médicale probante, les bénéfices thérapeutiques prouvés des cannabinoïdes sont encore grandement sous-estimés et sous-utilisés dans la population générale et médicale.

Comme tous les mammifères, les humains produisent des cannabinoïdes endogènes (endocannabinoïdes) qui sont similaires aux cannabinoïdes provenant de la plante (phytocannabinoïdes). Le corps humain possède donc déjà des récepteurs de type 1 ou 2 (CB1, CB2) auxquels se lient les cannabinoïdes. Parmi ces derniers, le THC (Tetrahydrocannabinol) et le CBD (Cannabidiol) sont parmi les plus fréquents mesurés à des fins médicales.

Un récepteur est comme une serrure, dans laquelle une molécule (ici le THC ou CBD) vient s’introduire comme le ferait une clé, et peut ainsi donner son effet thérapeutique. Un modèle similaire:  les récepteurs des opiacés du corps humain, avec des molécules comme la morphine qui s’y lie pour avoir son effet thérapeutique.

Les récepteurs CB1 sont principalement retrouvés dans le système nerveux central et périphérique (cerveau et nerfs), alors que les récepteurs CB2 le sont situés dans le système immunitaire. D’autres voies d’activation existent également.

La mesure des différentes concentrations de chaque cannabinoïde est donc primordiale et doit être évaluée avec précision tout en étant reproductible.

La légalisation de la production médicale de cannabis au Canada permet également d’entreprendre davantage de recherches scientifiques rigoureuses sur les cannabinoïdes afin d’identifier les molécules thérapeutiques les plus actives ainsi que leurs meilleures voies d’administration. Comme pour tout médicament bien reconnu, les patients et les cliniciens ont le droit de s’attendre à la plus haute qualité disponible et à une disponibilité continue des produits thérapeutiques.